• Comme vous le savez peut-être, et comme vous le voyez forcément, la plateforme eklablog impose désormais la pub sur nos blogs (à moins de souscrire à une offre premium, ce qui est hors de question pour moi).

    Dommage, je trouvais cette plateforme bien foutue, simple d'utilisation, modulable à souhait. Tant pis pour eux, comme beaucoup le feront, j'ai décidé d'aller ailleurs. 

     

    Pour me suivre, rendez-vous sur Tante Eulalie, désormais !

     

    Le blog de la maturité ? Qui sait !?  ;)


    votre commentaire
  •  

    - Maman, pourquoi ma sœur ne met pas son manteau rouge aujourd'hui ?

    - Il est trop petit, je vais le ranger.

    - Tu vas le garder pour un nouveau bébé ?

    - Non, pourquoi tu dis ça ?

    - Bahh, on veut être trois, nous !

     

     

    - Maman, bientôt je vais grandir grandiiiir et je serai un adulte ?

    - Pas tout de suite mon chéri. Tu vas grandir, mais avant d'être un adulte tu seras un enfant, puis un grand enfant... On est adulte quand on a 18 ans !

    - 18 ans ?! C'est beaucoup 18 ans ! Quand j'aurai 18 ans je serai un monsieur ?

    - ... Oui, tu sera un monsieur, mais tu resteras toujours mon bébé d'amour !

    - Oui, je te ferai encore des câlins, maman. (=> Je lui fais signer un contrat tout de suite ?)

     

     

    Au milieu de la nuit, le Crapaud arrive en pleurs près de mon lit :

    - Mamannnn, j'ai perduuu le chat bottééééé

    Là je comprends qu'il parle du livre qu'il avait dans les mains quand il s'est endormi, et que j'ai posé sur sa table de chevet pour qu'il ne soit pas gêné en dormant.

    - Je l'ai posé, chéri, il est à côté de ton lit.

    - Mais moi je voulais dormir avec le chat botté !

    La mère qui n'a rien compris... En fait, il ne s'était pas endormi en lisant le livre, il avait choisi de dormir avec le livre comme il choisit un doudou certains soirs !

     

    Bribes de conversations avec mon grand garçon qui me surprend toujours par ses réflexions existentielles à partir de sujets banals du quotidien !  Alors, en revanche, pas du tout de troisième bébé en vue ici ! Je ne sais pas où il est allé chercher ça !

     


    2 commentaires
  • Je sens que je n'aurai pas le temps de consacrer un article entier à chaque sujet que je vais aborder ci-dessous, alors j'avais envie de garder une trace de tous ces événements qui, mis bout à bout, m'ont fait palpiter ces dernier jours. Si l'on prend la semaine qui vient de s'écouler de dimanche à dimanche, elle fut pour moi un peu particulière, carrément fofolle même !

    La semaine un peu fofolle

     La semaine un peu fofolle

    Dimanche dernier, j'ai fait la plus longue sortie running de ma courte existence de "sportive", avec un peu plus de 12 km au compteur et 1h26 de course. Certes, c'est lent, mais pour moi, passer la barre des 10 km était un challenge, il y avait un double seuil psychologique à franchir : les km, et l'heure de course. Avec la super course nature que j'ai faite le 20 mars (je suis arrivée 45ème / 81, 18ème féminine / 46, moi, la soi-disant "pas sportive" de la famille), j'étais motivée à bloc. Si bien que je me suis fixé comme objectif de m'inscrire à un semi-marathon en 2017. Pas de chronomètre en jeu, mais seulement l'envie de le finir, ce sera déjà pas mal, et je pense qu'avec un entraînement assidu, c'est à ma portée.

     

    Mardi, j'ai eu la chance d'embarquer pour une folle journée de 21 heures sans dormir... Un joli voyage à Londres et aux studios Harry Potter était au programme !  

    Le contexte récent des attentats m'a beaucoup angoissée les jours qui ont précédé, mais tout s'est bien passé, et l'excellente ambiance du groupe a contribué à détendre l'atmosphère ! Je n'étais pas allée à Londres depuis longtemps, j'étais enfant la dernière fois, et j'avoue m'être très bien sentie dans le peu que j'ai pu visiter de cette ville. J'en suis repartie avec la folle envie d'y passer un week-end en amoureux à faire ma touriste. Dommage que la vie y soit si chère, en revanche ! Les studios Harry Potter quant à eux valent VRAIMENT le détour si vous êtes fans ! Bon, en revanche, prévoyez AU MOINS 3h de visite, si ce n'est plus, car il y a plein de choses à voir, et vous risquez de passer beaucoup de temps dans la somptueuse boutique souvenir ! (vrai casse-tête quand on s'est fixé un budget cadeaux...car oui, tout est assez cher, mais en même temps, ce sont des objets que vous aurez du mal à trouver ailleurs, le dilemme!)

    La semaine un peu fofolle

    La semaine un peu fofolle

    La semaine un peu fofolle

    La semaine un peu fofolle

     

     

    Mercredi, j'ai investi dans une machine à pain. C'était mon prochain achat prévu pour faire un pas de plus dans le fait-maison. Je pensais m'en sortir comme en pâtisserie : avec des recettes de base et beaucoup de pifomètre. Bon, apparemment, faire du pain ou de la brioche, c'est un peu plus compliqué, et mon traditionnel pifomètre n'a pas fonctionné... Après deux beaux ratages (je crois qu'il y avait trop d'eau, ou trop de levure), j'ai enfin réussi ma première brioche ce week-end ! J'ai utilisé une farine pour pain brioché de la marque Auchan, et la recette qui était notée dessus, en respectant les doses au gramme près, et bingo, nous avons petit déjeuné avec une excellente brioche ce dimanche !!! Enfin, quand je dis "nous", c'est surtout moi, car monsieur limite à fond le gluten en ce moment (je vous en parle bientôt, promis), et les petits ont préféré engloutir des pitchs achetés par papa quand maman n'était pas là. Of course...

    La semaine un peu fofolle

     

    Sinon, en vrac, cette semaine : 

    - J'ai aussi pris une ENORMISSIME décision : celle de me donner une chance d'évoluer professionnellement à l'horizon septembre 2017. Rien n'est encore fait, j'ai beaucoup de travail personnel à fournir d'ici là, et je n'en dirai pas beaucoup plus sur ce sujet précis, si ce n'est que cette décision est le fruit de tout un cheminement personnel, dont je vous parlerai peut-être bientôt. Il se trouve que je m'ennuie beaucoup dans mon boulot en ce moment, que son côté cyclique montre ses limites, et que je veux avoir bougé ou avoir une perspective d'évolution pour mes 30 ans, sinon je sais que je vais me "fâner". Nouveau défi, donc, en perspective, qui me redonne du fioul pour avancer.

    - J'ai choppé, si ce n'est la grippe, au moins un bel état grippal vendredi, que je traîne encore ce dimanche. La grippe en avril, c'est quand même la lose ! Il a fait un temps superbe ici ce week-end et j'ai passé mon temps à dormir... Mais voyons le positif, je ne serai en congés que la semaine prochaine, mieux vaut être malade maintenant !!!

    - Un monsieur que je connais a une de ses proches (ça fait un peu "je connais un ami qui connaît", mais je vous jure que c'est vrai) qui sort un bouquin cette semaine : elle a 24 ans, elle est prof, son premier roman est publié chez Albin Michel (rien que ça!) et est préfacé par Katherine Pancol (encore rien que ça!). Je reviendrai vous en parler quand je l'aurai lu ! Il s'agit de C'est où le nord ?, de Sarah Maeght. Et je veux bien croire que si une telle maison d'édition publie une si jeune auteure, c'est que ce doit être chouette à lire!

    Je vous souhaite à toutes et tous une très belle nouvelle semaine, sans microbes, et pleine de rebondissements !


    4 commentaires
  • Peut-être par souci de les préserver, je me suis aperçue que je ne parlais plus beaucoup des enfants par ici. Alors aujourd'hui, je m'arrête un peu dans cette course folle des jours et des semaines pour parler de ma fille. Parce qu'elle va avoir deux ans bientôt. Parce que c'est une adorable petite personne.

    ma FILLE !

    C'est sans doute le propre des mamans d'avoir le cœur qui fond pour leur progéniture, et je ne déroge pas à la règle.

    La petite hirondelle qui a fait notre printemps il y a quelques 23 mois est aujourd'hui une grande fille. Elle n'a pas deux ans et pourtant, elle a tout d'une grande. D'un petit bébé "cool", souriant et câlin, elle est passée, sans qu'on s'en aperçoive vraiment, du côté des enfants, quelque part entre ses 17 et ses 18 mois. Sans doute entraînée par son grand-frère, qui n'est que de 20 mois son aîné, elle a très vite compris les subtilités des relations sociales et s'est révélée en vraie protestataire, bien trop tôt à notre goût, certes... Je me plairai à lui raconter quand elle sera plus grande comme elle a su très vite dire non, et à lui relater que sa première phrase complète fut "je veux pas", suivie à quelques jours près de "j'ai pas envie".

    La demoiselle n'en est pas moins câline, et les "caquins" (son petit mot pour dire câlin) qu'elle nous réclame sont encore nombreux, grand bien nous fasse ! Elle n'est pas non plus avare en bisous avec ceux qui savent l'amadouer. Car oui, elle est un peu sauvage avec ceux qu'elle ne côtoie pas quotidiennement. Mais c'est pour mieux vous offrir ses éclats de rire quand la glace sera brisée, mon enfant !

    ma FILLE !

    Avec son crapaud de frère, c'est je t'aime, moi non plus. Ce sont les enfants les plus complices du monde un instant, et celui d'après, ils se disputent un playmobil à coup de morsures dans le dos, de hurlements proches des ultrasons et de cheveux arrachés. Malgré tout, ils sont soudés, et s'aiment franchement, ces deux-là. Vous verriez comme ils s'inquiètent l'un pour l'autre, quand l'un manque à l'appel !

    Ma fille n'en est pas la moitié d'une, de fille. Passons sur la folie de la "Reine des Neiges", qui nous poursuit déjà... Mademoiselle aime les robes, les collants, qui brillent de préférence, les barrettes dans les cheveux, les colliers, les hauts talons quinze pointures trop grands... Et je vous assure que je n'ai pas franchement fait grand chose pour lui faire aimer tout cela. Chaque soir ou presque, nous avons aussi droit à notre petite comédie musicale :  elle se met spontanément à chanter et à tourner sur elle-même dans des élans dignes du Lac des Cygnes ! J'ignore s'il s'agit là d'une vocation ! En tout cas, "C'est crô bien", nous dirait-elle !

    Paradoxalement, elle est aussi un vrai bulldozer : le sobriquet "bulldo" donné par son père vient de là, et ne s'écrit pas "bulle d'eau", non non. Elle n'est pas du signe du taureau pour rien, cette fonceuse. Les bleus sur ses genoux en témoignent.

    Ma fille, mon hirondelle, ma petite choucroute, ma belette, ma petite cacahouète, mon cœur en sucre, ma choupette, j'espère que tu me laisseras t'affubler longtemps encore de tous ces petits surnoms d'amour, et que ta joie de vivre passera les années pour maintenir en forme ceux qui seront un jour tes vieux cons de parents - car ne nous leurrons pas, nous y passerons !

    ma FILLE !

     

    Edit : mes pensées vont au peuple belge en ce triste soir... C'est un jour parfait pour clamer l'amour. La haine n'engendre que la haine...


    votre commentaire
  • Le running, l'hiver et moi  Le running, l'hiver et moi

     

    Le running, l'hiver et moi  Le running, l'hiver et moi

     

    Si vous avez un peu suivi mes péripéties, vous savez que j'ai repris (si tant est que j'en ai fait vraiment un jour) le running le printemps dernier. Je trouve que le printemps est la saison idéale pour courir, elle le fut donc pour m'y mettre.

    L'été dernier, j'ai continué à courir, j'ai participé à mon premier 10 km, puis j'ai été embêtée par un syndrome de l'essuie-glace. Ce petit problème a été résolu à l'automne, grâce à la consultation d'un podologue.

    Et puis l'hiver est arrivé. J'ai bien cru que je laisserais tomber !

    Eh oui, qui dit hiver, dit nuit qui tombe à 17h, et quand on est une femme relativement jeune, ce n'est pas toujours très prudent d'aller courir seule dans le noir. Il y a le froid aussi : je me suis vite rendu compte que je devais revoir mon équipement et investir dans des gants/bonnet/tour de cou adaptés ! De plus, quand il fait froid, on a intérêt à s'échauffer plus longtemps si on ne veut pas se faire mal. Ajoutez à cela les jours de pluie, le verglas sur les trottoirs, le vent...

    Bref, malgré tout, j'ai réussi à m'accrocher un peu. J'ai été bien moins régulière, certes, mais j'ai réussi à maintenir une sortie au moins un week-end sur deux, histoire de ne pas complétement lâcher le morceau.

    Pour me remotiver, j'ai décidé de m'inscrire à une course. Celle-ci aura lieu le 20 mars, il s'agira pour moi d'une course nature de 6 km : une distance raisonnable quand on n'a pas eu un entraînement très assidu. Cette course a été mon objectif pour ne pas abandonner.

    La bonne nouvelle, c'est qu'avec une météo plus clémente, j'ai retrouvé le goût d'aller courir, et avec les jours qui rallongent, j'ai très envie de courir à nouveau 2 fois par semaine et de réintégrer du fractionné dans mes sorties (chose que j'ai faite ce week-end et qui m'a procuré beaucoup de satisfaction!). Autre motivation : mon chéri, qui n'a plus fait de sport depuis ses années lycée, a décidé de s'y mettre aussi, et je suis très fière de lui! Alors en avril, pour "officialiser" tout ça, nous allons nous inscrire ensemble à un 5 km. Je suis ravie de partager cela avec lui !

    Et il semblerait que je n'aie pas tout à fait fini de partager cela avec vous !

     

     


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires